Nous, notre vie, notre oeuvre

Veuillez décliner vos identités

Clodjine : Clodjine, 20 et quelques années, 38 paires de chaussures, 6 parfums et des cheveux

BelleBelote :BelleBelote, joueuse de son état. Dix huit ans et une bonne cent-cinquantaine de mois, encore pas mal de dents, une chevelure de rêve et un cervelet chaotique.

 

Comment vous êtes vous rencontrées?

Clodjine : adopteunecopine.com j’avais coché les critères suivants : tient pas (trop) l’alcool, adore le karaoké, comprend (ou pas) mes blagues, aime les nœuds (des p’tit nœuds, des p’tit nœuds, toujours de p’tit nœuds)

BelleBelote : En fait, je marchais dans la rue, quand tout à coup, un jeune chiot de type labrador-croisé-caniche-nain-roux-royal traversa. Un cycliste fit un écart pour l’éviter et manqua de justesse de renverser une dame avec deux magnifiques enfants, qui hurlèrent de peur, ce qui fit sursauter le gros monsieur qui attendait le bus. Celui-ci, sans le vouloir, laissa tomber son sac de commissions sur le pied d’une dame-très-âgée-mais-très-gentille. Elle se cru attaquée, voulu se défendre avec sa canne, mais dans l’emportement, elle m’atteint au jarret.

Je finis donc assise sur un banc, éplorée par la situation tragique que je venais de vivre, et Clodjine, en voiture,  m’arrosa en roulant dans une flaque (exprès). Oui. Une histoire tragique.

Enfin, j’ai toujours un peu de ressentiment au fond de moi, mais vu que je suis adorable, je dis rien.

 

D’où vient cette passion commune pour les poneys?

Clodjine : Vous savez je ne crois pas qu’il y ait de bon ou de mauvais poneys… je milite activement pour que tout à chacun et les autres aussi aient accès à leur propre poney.

BelleBelote : Personnellement, dans ma vie antérieure, je vivais dans le grand ouest américain et défendais la cause des poneys, sauvagement mutilés à cause de leur petite taille. J’aidais même à créer la race du poney tonneau que voici:

o-PONEY-MOONWALK-facebook

 

Quels sont vos héros?

Clodjine : Je suis mon propre héros parce que j’ai toutes les qualités pour, mais sinon Garfield est mon mentor, mon maître à penser, mon gourou.

BelleBelote : Spiderman, pour sa dextérité, Gordon Ramsay pour son sens des proportions, Stéphane Plaza pour son adresse, Bill Clinton pour sa générosité, Valérie Trierweiler pour sa naïveté, Clodjine pour sa collection de chaussures, et moi-même. Car, comme le dit si bien ce dicton populaire : “On est jamais si bien servi que par soi-même”.

 

Êtes-vous atteint d’une maladie contagieuse ou physique?

Clodjine : évidemment ! Comment pourrait-il en être autrement ? Ma connerie est contagieuse, mon amour pour mon débile de chat relève de troubles mentaux et physiquement mon corps n’ayant pas de muscles je ne suis pas habilitée à fournir des efforts physiques autres que dormir, écrire et manger.

BelleBelote : Absolument pas. Je suis parfaite. Mais, je soutiens toute bonne cause médicale passant à ma portée. Surtout si ça implique de passer à la télé sans dépenser un rond. C’est tout moi ça, je donne, je donne, sans jamais compter. La générosité à l’état sauvage.

 

Et sinon, pourquoi avez-vous appris à lire ?

Clodjine : savoir c’est pouvoir, lire c’est pire.

BelleBelote : C’est une bien sombre histoire mêlant, un lama, une vieille institutrice acharnée et un pot de chambre. Je ne peux en dire plus, cela ravive chez moi des souvenirs violents.

En bref : 

On vous remercie pour votre lecture !

N’hésitez pas à réagir, commenter, critiquer, applaudir (ou vomir). Vous êtes les bienvenus !

Et surtout, revenez-nous voir!

 

Publicités