Maus * Art Spiegelman

WP_20160413_12_10_35_Pro

Je ne me souviens plus vraiment comment je suis tombée sur cette B.D il y a facilement 10 ans. Ce que je sais c’est que cet ouvrage m’a vraiment marqué et bouleversé.

Quand j’ai fouillé dans ma bibliothèque chez les parents, impossible de remettre la main dessus. J’étais tellement déçue que j’ai décidé de l’a racheter parce que ce livre fait partie des livres que j’ai besoin de posséder.

Prix Pulitzer 1992 Maus raconte l’histoire de Vladek, père de l’artiste,rescapé juif et polonais des camps nazis.

C’est aussi l’histoire des relations tendues père-fils, de l’incompréhension des générations suivantes, de l’amour inconditionnel d’un homme pour une femme, de la condition et du rôle d’artiste…

L’auteur se rend dans l’appartement de son père à New York, à Rego Park, car il souhaite réaliser une bande dessinée relatant l’ensemble des événements vécus par son père lors de la Seconde Guerre mondiale. Son père lui raconte alors ses souvenirs malgré les tensions omniprésentes entre les deux protagonistes.

Art Spiegelman transpose les personnages dans un univers animalier, les  nazis sont représentés par des chats et les Juifs par des souris, les Polonais sont des cochons, les américains des chiens, les français des grenouilles…Cela adoucit un peu l’horreur du récit tout comme le coup de crayon de Spiegelman.

On y apprend la vraie vie des prisonniers, l’horreur, les combines, l’espoir, la peur, la faim.

On y apprend aussi que le racisme perdure même après avoir vécu cela, Vladek est raciste et pingre et quand il croise un « Scwartz » il refuse de le faire monter dans sa voiture. L’auteur est un peu perdu entre la caricature du juif qu’est son père, et la force dont il a fait preuve pendant la guerre. Il oscille entre admiration et dégoût.

Un incontournable de la littérature et de l’art qui rend abordable ce type de récit.

Bonne lecture!

 

Publicités