Ça a débuté comme ça* Fabrice Luchini

WP_20160328_11_03_33_Pro.jpg

Fabrice Luchini on l’adore ou on le déteste. Pour ma part je l’adore ! Le voir au JT est un de mes grands plaisir, l’entendre être politiquement incorrect, s’enflammer, gesticuler…

Alors me lancer dans son premier livre était à la fois une expérience qui m’attirait et me terrorisait et j’avais vu juste.

On va déjà aller à l’essentiel: il s’agit de l’autobiographie la moins autobiographique que j’ai lue ! Très peu d’anecdotes croustillantes, très peu sur sa vie privée et/ou intime mais beaucoup sur sa passion pour la littérature ! Énormément sur Céline, Rimbaud et les autres..Un peu sur sa carrière d’acteur, un peu sur son enfance, rien sur sa famille, sur ses relations professionnelles.

Fabrice Luchini fait ce qu’il aime à savoir parler des auteurs. Nous aider à les ressentir à défaut de les comprendre. De nombreuses citations derrières lesquelles ont sent l’amour, la passion et l’enthousiasme de l’auteur.

345 pages, (qui me faisaient peur et au bout desquelles je suis arrivée finalement sans trop de difficultés), qui alternent à parts inégales entre son journal intime (rien de fou, quelques passages sur le film qu’il était entrain de tourner pendant la rédaction du livre à savoir Ma Loute, quelques rencontres avec des hommes politiques) et ses divagations les plus passionnées sur ses livres de chevet, sur ses lectures au théâtre surtout.

C’est un ouvrage pour les amoureux de Céline, les passionnés de littérature et de poésie et les inconditionnels de l’auteur. Abordable mais pas non plus au goût de tous je pense.

Difficile de vous faire un résumé ou de vous en dire plus, je ne suis pas agrégée de littérature et même si j’ai été sensible aux citations et aux explications de Luchini je pourrai difficilement vous les retranscrire.

Ce que je peux vous dire c’est que sa première expérience sexuelle est plutôt atypique mais c’est aussi la seule anecdote coquine et vraiment personnelle de l’ouvrage.

Bonne lecture !

 

Publicités