Papillon de Nuit * R.J Ellory

WP_20150923_20_24_46_Pro (1)

Depuis quelque temps je suis devenue « crazy about » un nouvel auteur (comprendre un auteur que je ne connaissais pas auparavant). J’ai nommé le grand, le merveilleux, le spectaculaire R.J Ellory (et non j’en fais pas des caisses!)

Après Seul le silence et Mauvaise étoile qui ont fini de me convaincre, je me suis mise à acheter tout ce qui me passait sous la main de R.J Ellory.

Alors quand j’ai appris qu’il venait témoigner dans le cadre du Quai des polars à la librairie du Tramway à Lyon, je me suis précipitée serrant contre moi le petit dernier Papillon de Nuit, d’où la photo qui illustre l’article qu’il a accepté gentiment de faire (j’en ai aussi pleins de lui et moi bande de ptits jaloux !).

L’échange était passionnant, il s’agit d’un auteur passionnant et passionné et surtout vivant ! Je veux dire par là que c’est quelqu’un qui a vécu, qui a des choses à raconter, qui fait preuve d’humanité, de simplicité et de modestie. Quelqu’un qui, c’est évident, aime rencontrer ses lecteurs et s’intéresse à eux.

La rencontre portait sur ses deux derniers ouvrages. Papillon de Nuit est le dernier publié en France et pourtant c’est l’un des premiers qu’il a écrit. J’ai eu peur pendant la rencontre qu’on m’ait survendu le livre tant l’enthousiasme de l’animatrice était grand.

À mon tour d’être hyper mega trop enthousiaste! Je l’ai dévoré ! C’est l’histoire de Daniel Ford jeune trentenaire dans le couloir de la mort depuis une dizaine d’année pour le meurtre de son meilleur ami Nathan qui était noir (oui ça a de l’importance à cette époque). Daniel raconte sa vie, son amitié avec Nathan, sur fond d’histoire politique. Le meurtre de JKF, l’assassinat de Martin Luther King, le Klu Klux Klan, la guerre du Vietnam, le Watergate… autant d’événements qui ont tissé la toile dans laquelle s’est embourbé Daniel.

Loin des polars habituels où l’intérêt est de trouver le meurtrier, ici la puissance des mots, la poésie des images, la passion de l’histoire nous entraîne dans un monde si différent et pourtant si proche où l’on fini presque par oublier le meurtre.

On aime Daniel, on l’écoute, on veut l’aider…mais tout cela nous dépasse, le dépasse.

Alors sincèrement, plongez vous dans le papillon de la nuit, et approchez vous comme moi de la lumière des mots de R.J Ellory.

Publicités