Baise Moi * Virginie Despentes

WP_20150808_003

Facebook a cet avantage que vous voyez passer parfois des articles sur lesquels vous ne seriez jamais tombés autrement.

Tandisse (oui je sais ça ne s’écrit pas comme ça mais je fais dans le sonore aujourd’hui) je disais donc tandisse que je lisais à l’ombre d’une terrasse à Bastia (BIM je la replace celle-ci comme ça nos fans Facebook verront que Bellebelote et moi même ne nous sommes pas contentées de balader un poney-licorne le long des canaux d’Amsterdam ^^) donc je lisassais (du participe passé irréel et inventé) à l’ombre d’une terrasse et que vois-je dans un de ces derniers moments où j’ai bénéficié de la 3G ? Un article sur un livre intitulé Baise-moi. Bon rien que pour le titre il me le fallait ! J’étais aussi intriguée par un ouvrage refusé à sa sortie par de nombreuses maisons d’éditions.

Prête à me vautrer dans la débauche pour vous mes amis, je téléchargeasse donc cet ouvrage sur ma bien-aimée liseuse, amie fidèle des vacances.

Dès les premiers passages je me suis aperçue que même pour moi c’était un peu fort, on n’était pas dans la littérature érotique mais bel et bien porno. Enfin dès le premier passage et seulement pour quelques lignes car en vérité je vous le dis, le récit est plus celui d’une cavale de deux jeunes paumées que le parcours sexuel de quelques gourgandines en mal d’émotions fortes!

Il s’agit en réalité de deux jeunes filles passablement habituées aux drogues et au sexe sal, dégradant et facile. Un jour chacune dans son coin tue. Craquage, vengeance, méchanceté. Il leur faut donc fuir. Dans leur fuite leurs chemins se croisent et elles ne se quitteront plus. La facilité de leur premier meurtre leur donne le goût du mal. Chaque personne qui croisera leur chemin sera désormais en danger. Leur truc à elle ce n’est pas de tuer pour posséder. C’est de tuer pour vivre, pour le plaisir de se sentir vivantes, fortes, libres, indépendantes.

À ne pas mettre entre toutes les mains, la violence étant à chaque page, c’est un livre que je recommande cependant car j’ai beaucoup aimé.

Publicités