Flash ou le grand voyage * Charles Duchaussois

IMG_2048

Il y a des livres qui vous passent sous le nez et que vous oubliez aussi sec. Celui-là, n’en fait pas partie. Loin de là. Ce livre là, vous le lisez, vous l’adorez, vous le détestez, vous l’encensez, vous le brûlez, mais vous ne l’oubliez pas.

Flash, c’est l’histoire vraie de Charles Duchaussois. Un voyage dans le monde et dans le monde de la drogue.

L’histoire se situe en plein boom de la liberté, nous sommes en 1969.

Le pitch : Charles, un jeune nordiste borgne un peu paumé, part pour Marseille. De fil en aiguille, de la Turquie au Koweit, de Beyrouth à Katmandou, nouant des amitiés, comme des plans foireux, il nous emmène au plus profond de l’âme humaine, de la noirceur, de la beauté, de la folie et de la drogue.

C’est l’histoire d’une vie, une vie que je n’aurais pas forcément aimé vivre, mais c’est la vie de quelqu’un. Sans jugement, sans honte, sans comédie, sans apologie et sans tabous.

On ne trouvera ni :

« wesh, la drogue c’est trop cool tu vois »

ni :

« Se droguer, c’est mal. Très mal. C’est le diable. Si tu te drogues, tu meures. »

Mais le ressenti de l’auteur, à un moment précis, sur son expérience.

Une histoire si extravagante, insensée qu’on peine à la croire. Un amoncellement de choses qui auraient pu se passer autrement. Qui auraient peut-être du se passer autrement ? Des opportunités incroyables, des choix de vie déments, des ratés, des coups de chance et de malchance… Brique par brique, Charles nous mène jusqu’au sommet des chemins de Katmandou, où il souhaitera périr de sa dépendance.

Un roman sonnant comme un rite initiatique des temps anciens, menant droit à la nébulosité la plus dure. Un livre presque cruel par son histoire, son dénouement.

Mais, un livre juste.

Une lecture, que je ne saurais que vous conseillez à vous le curieux, le chercheur insoumis, l’extatique créatif, le lecteur béat et attentionné.

Publicités