Éternels – tome 1 : Evermore * Alyson Noël

IMG_2008

Il faut croire que je traverse actuellement un passage de pure adolescence littéraire. Après avoir dévoré les trois tomes de l’épreuve de James Dashner, j’ai voulu goûter à une série écrite par Alyson Noël : Éternels. Il va de soi, que jamais je n’avais entendu parler de l’Auteure, ni de ses romans. Honnêtement, j’ai choisi ce livre au pif, la couv’ est un peu niaise, le résumé de la quatrième de couverture ne relève pas vraiment le niveau… Je me suis dis que ça serait agréable avec un bon chocolat chaud…

Et je me suis bien rétamée.
Si je devais résumer ce livre en un mot : étonnant.

Je croyais savoir dans quoi je m’embarquais et je me suis bien plantée. J’assume donc toute la responsabilité de mes actes et avoue en public : les romans pour adolescents et jeunes adultes ne sont pas aussi prévisibles qu’on pourrait le croire J’ai été sincèrement étonnée au fur et à mesure de ma lecture.

D’un bout à l’autre, dès que j’attendais une action, un dénouement, il se passait autre chose. J’adore ce côté de la lecture, ce moment d’aventure : on ne sait pas où on va, mais on fonce et on profite. C’est vraiment ce que j’ai ressenti en lisant Evermore.

Trêve de caquetages inutiles, voici le pitch : une adolescente, Ever a perdu toute sa famille dans un tragique accident. Persuadée qu’elle est la seule et unique responsable de son malheur, elle essaie de se dépatouiller dans sa nouvelle vie auprès de sa tante et des deux amis qu’elle a réussi à se faire. Quand, tout à coup, arrive… Un garçon ! Le beau, ténébreux et mystérieux Damen qui va bouleverser sa vie.

Un livre, vous l’aurez compris, qui m’a étonnamment plu.

Étonnamment, car en dépit des clichés adolescents à la limite de la niaiserie, l’Auteure, avec plus ou moins de finesse, réussit à sortir ses personnages de leurs péripéties morales ou physiques. L’héroïne et ses p’tits copains, bien que pénibles parfois, sont attachants et se dévoilent au fil des pages. Un rythme marqué et soutenu, qui ne laisse aucun répit au lecteur.

Un livre qui se lit d’une bouchée.

Je vais bien sûr lire la suite, un peu sur ma réserve. J’ai franchement accroché au premier tome, mais :

  • Et si un seul tome avait suffit ?
  • Et si cela devenait encore plus niais ?
  • Et si je trouvais tous les dénouements avant de les lire ?
  • Et si cela devenait trop répétitif ?
  • Et si je m’embête ?
  • Et si, et si et si… Et comme dirait mon Papi, avec des scies, on coupe du bois.

Je vous raconterai donc la suite !

Et n’hésitez pas si vous avez de quoi m’aiguiller !

Publicités