Les fabuleuses aventures d’un Indien malchanceux qui devint milliardaire * Vikas Swarup

fabuleuses aventures indien

Comme je me promenais sur le net, je suis tombé il y a quelques jours sur un article de BookyBook traitant du film Slumdog Millionnaire, que vous pouvez lire ici.

Cela m’a rappelé de lointains mais bons souvenirs du livre associé au film : les fabuleuses aventures d’un Indien malchanceux qui devint milliardaire. J’avais apprécié le film et peu de temps après j’avais acheté le livre. J’ai beaucoup de qualités, mais la perspicacité (ni la modestie, comme vous pouvez le voir) n’en font pas partie. Je ne savais pas que le livre et le film traitaient la même histoire. Au bout de quelques pages, j’ai compris. Stupeur et tremblements. Mais j’ai continué ma lecture et j’ai adoré ce que j’ai lu !

Le pitch (au cas où vous auriez été cryogénisé les dix dernières années et auriez raté le raz de marée médiatique de cette histoire) : Le jeune Ram Mohamed Thomas, qui jusqu’alors n’a pas eu trop de chance dans sa vie, gagne l’équivalent indien de « Qui veut gagner des millions ».

Seul problème : c’est un jeune homme sorti de nulle part, ayant grandi dans la rue, s’élevant seul, et, vous l’aurez compris : n’ayant pas une grande culture… Personne ne le croit donc capable d’avoir répondu à autant de questions sans avoir triché.

Le livre (comme le film) nous fait traverser la vie de Thomas, en Inde, de son enfance au jour où il remporte le fameux jeu.

Une histoire géniale, des personnages attachants, qui ont vécu comme tant d’autres de déboires en malchances, d’un point à un autre sans jamais se retourner. L’histoire, finalement d’un Indien qui n’aurait jamais dû se trouver là. Un joli moment qui sent le vrai qui vous fera rêver l’Inde comme si vous y étiez (les odeurs et le bruit en moins, mais quand même).

Une écriture simple, intuitive, l’auteur sait où il nous emmène et le fait avec simplicité et finesse.
Un livre qui a précédé le film de Dany Boyle, et qui saura toucher son lecteur, comme le film a pu toucher son spectateur. Si vous ne l’avez pas encore lu, vous aurez en plus les images et la musique à portée de neurone, pour entrer encre plus facilement dans l’histoire.

Un livre que finalement on ouvre avec un peu d’appréhension, (vu la longueur du titre, ça semble logique) et qu’on termine en une bouchée. À mettre entre toutes les mains, sans hésitation !

Publicités