Un meurtre sera commis le… * Agatha Christie

photo 1 (3)

Plus jeune, bien plus jeune, quand les dinosaures jouaient librement dans les champs de blé, j’adorais l’univers d’Agatha Christie. C’était le summum du romantisme, des bonnes manières et du rituel du #fiveo’clockthea.

Je dévorais ces livres à la suite les uns des autres, jusqu’au jour où j’ai compris.

J’avais trouvé le truc, et Agatha Christie, c’était plus marrant.

J’ai donc laissé tombé.

Une bonne quinzaine d’année plus tard, c’est à dire la semaine dernière, je suis retombée sur ce livre.L’avais-je lu ? Aucun souvenir, mais vu qu’il était sagement rangé dans ma bibliothèque, j’avais mon idée…Mais, je suis une aventurière, et les romans de gare à couverture jaune ne me font pas peur.

Au pire, un moment de honte est vite passé.

Le pitch : Après la seconde guerre mondiale, dans un village anglais, une annonce est passée dans le journal local. Un meurtre sera commis le 29 octobre, à 18h30. Tout le monde pense donc à une murder party, très en vogue apparemment dans l’Angleterre conservatrice des années 50. Et bim bam boum, le faux tueur est tué, mais par qui et pourquoi ? Heureusement que la vieille Miss Marple est là pour détricoter tout ce bazar.

Un imbroglio de personnages, d’histoires de famille, de petits mensonges et une fin rocambolesque propre à Agatha Christie.

C’était génial, j’ai à nouveau aimé la romancière, son univers si particulier, le retournement de situation de fin… Un livre, qui malgré le réchauffement climatique, n’a pas pris une ride.

A lire et à relire, surtout si on est capable d’oublier la fin !

Publicités